Argentine : une césarienne sur une enfant de 11 ans relance le débat sur l’avortement – lemonde.fr

La césarienne pratiquée sur une fillette de 11 ans violée par le compagnon de sa grand-mère a relancé le débat sur l’avortement en Argentine, où l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) reste très limité. « Je veux que vous m’enleviez ce que le vieux m’a mis dans le ventre », avait réclamé la fillette dans sa plainte auprès de la justice de la province de Tucuman (nord). La fillette et sa mère avaient formulé une demande d’avortement alors que la grossesse datait de 19 semaines.

Mais la procédure a tardé près de sept semaines de plus, des médecins invoquant l’objection de conscience et le Service provincial de santé (Siprosa) demandant à l’hôpital de tenter de « sauver les deux vies », un slogan des militants antichoix. Il est fréquent en Argentine que les autorités fassent traîner les dossiers jusqu’à ce que l’avancement dans la grossesse soit tel qu’il rende impossible un avortement. A 23 semaines de grossesse, les médecins ont jugé que la fillette était en danger et qu’il fallait pratiquer non pas un avortement, mais une césarienne, alors que les IVG tardives sont possibles.

« La volonté de l’enfant aurait dû être prise en compte. Il y avait deux raisons pour autoriser l’avortement », a regretté l’avocate de la famille, Cecilia De Bono. La législation argentine permet effectivement depuis 1921 les interruptions de grossesse en cas de viol ou de péril pour la santé de la femme enceinte. Un droit rappelé par un verdict de la Cour suprême en 2012.

Pays divisé : « Par voie basse, ce n’était pas possible. Son corps n’est pas suffisamment développé pour supporter une grossesse de 23 semaines, et s’il l’avait été, les conditions psychologiques n’étaient pas réunies, du fait des nombreux abus qu’elle a subis », selon la gynécologue Cecilia Ousset, appelée par l’hôpital pour réaliser l’intervention à l’hôpital Eva Peron de Tucuman et qui a dû intervenir d’urgence, la fillette ayant développé une hypertension artérielle gravidique qui mettait sa vie en danger.

Le fœtus de 23 semaines a été extrait vivant du ventre de la fillette, mais ses chances de survie sont quasi nulles, estiment les médecins. « Le gouverneur [de Tucuman, Juan Manzur],les ministres, les autorités hospitalières et les professionnels de la santé ont la responsabilité de garantir et de ne pas obstruer le droit à interrompre une grossesse,a déclaré la Campagne nationale pour le droit à l’avortement légal, sans risque et gratuit, un collectif de 500 ONG créé en 2005. Les grossesses forcées ne peuvent pas être une politique publique. Forcer les enfants à accoucher est une torture. »

Sur les réseaux sociaux, le mot-clé #NiñasNoMadres – « des enfants, pas des mères » -accompagné de photos des internautes à 11 ans, l’âge de la fillette devenue mère contre son gré, est devenu un des plus partagés mercredi.

Le gouvernement de la province de Tucuman, dont dépend la juridiction qui n’a pas autorisé l’avortement, s’est justifié en disant avoir mis en œuvre « les procédures nécessaires pour sauver les deux vies ». « Dans des situations de conflit, il faut toujours protéger le plus faible et ne pas prendre de décisions irréversibles, a tweeté jeudi le secrétaire exécutif du Siprosa, Gustavo Vigliocco. J’ai l’obligation de défendre la vie, toujours. »

En janvier, un cas similaire avait soulevé l’indignation en Argentine. Une fillette de 12 ans de la province de Jujuy (nord-ouest), elle aussi enceinte à la suite d’un viol par un voisin de 65 ans, et qui avait demandé une IVG, avait finalement été soumise à une césarienne. Le ministre de la santé de la province, Gustavo Bouhid, avait soutenu qu’il s’agissait bel et bien d’une interruption de grossesse. Le gouverneur de Jujuy, Gerardo Morales, avait précisé qu’une « famille importante » était disposée à adopter le bébé, qui pesait 700 grammes. Il est mort quatre jours plus tard.

En 2018, un projet de loi octroyant le droit à l’avortement jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse a été adopté à la Chambre des députés, mais rejeté par le Sénat, sous la pression des églises catholique et évangéliques. Au pays du pape François, la population est divisée sur la question de l’avortement et un débat passionné oppose deux camps fortement mobilisés.